Livraison gratuite pour les commandes de plus de 100 $ Au Canada - Frais de livraison forfaitaire aux États-Unis.
Accueil > Blogue > Une obscénité pour une nouvelle ère
Environnement

Une obscénité pour une nouvelle ère

Une obscénité pour une nouvelle ère

À quoi pensez-vous quand vous pensez à un  « mauvais» mot ou une insulte? Probablement quelques mots de choix vous viennent à l’esprit.

Mais David Suzuki a un concept unique de « mauvais » mots – ou au moins UN mauvais mot. Le célèbre environnementaliste canadien a dit que le mot JETABLE devrait être considéré comme le pire mot pour notre génération. Pensez-y.

En fait, le mot « jetable » n’est pas approprié. On peut « jeter », mais ce qui est jugé inutile n’est pas éliminé comme par magie. Ça se cache dans nos bacs à ordure cachés, puis trouve son chemin vers un plus grand bac à ordures qu’une personne qui travaille dur déverse dans un énorme, camion énergivores de super-compactage où ledit bien se rend à un site d’enfouissement GIGANTESQUE pour finir sa vie là, gisant là pendant quelques années ou beaucoup plus souvent, quelques siècles.

Et en parlant de langage grossier : ne me lancez pas sur les sites d’enfouissement. Bien que pas toujours réussi, l’idée derrière ces bêtes est (espérons) d’isoler les ordures densément compactées dans le sol avec un revêtement en plastique et une couche de terre. En raison du manque d’oxygène dans les sites d’enfouissement, la plupart des articles ne se biodégrade pas comme ils le feraient dans un tas de compost ou ailleurs. C’est une excellente nouvelle si vous avez oublié d’enterrer votre capsule temporelle l’an dernier! Dans deux, trois et même quatre générations, des petits Johnnies verront, parfaitement préservés, ce qui était assez important pour nous pour que vous voulions l’acheter et ensuite le jeter.

Ce qui m’irrite plus que le mot jetable, c’est son cousin apparemment inoffensif et pourtant sereinement menaçant « SPOSIE ». Ce terme, abrégé pour jetable en anglais, est utilisé en référence à une couche jetable à usage unique.

Malheureusement, il n’y a rien de mignon ou d’inoffensif dans ces couches, peu importe comment nous les nommons. Chaque année, de 30 à 40 milliards de couches sont enterrées dans des sites d’enfouissement en Amérique du Nord – c’est beaucoup de couches. Le fait est que ces couches ne sont PAS jetables parce qu’elles ne sont pas éliminées. Elles restent sur Terre, dans l’une des milliers de décharges qui parsèment la planète
Grâce aux systèmes d’ensachage de couches comme le Diaper Genie, les couches jetables souillées sont souvent enveloppées en forme de saucisses, bien encapsulées et immortalisées dans du plastique (oui, même PLUS de plastique que ce qui est déjà contenu dans la couche elle-même). Cela permet de contenir l’odeur de selles qui pourrait être éliminée dans les toilettes avant d’être jetée. Quoi, tu n’as jamais lu les instructions sur le côté de la boîte des Huggies ? Oui, c’est exact – aucun déchet humain ne doit être jeté avec les couches, car il peut contaminer l’eau souterraine et libérer des virus et des bactéries. Cependant, on estime que seulement 4 % des utilisateurs de couches jetables se débarrassent correctement de la crotte avant de la jeter à la poubelle…

Il reste beaucoup de selles jetées pour contaminer notre eau potable ! C’est une bonne chose que nous payons un supplément pour avoir notre eau potable soigneusement embouteillée dans de jolis contenants en plastique. Oh mon dieu, ne me lancez pas…

Le dernier point que j’aimerais mentionner est celui des couches jetables dites «écologiques ». Cela n’existe pas. À moins que vous compostiez vos couches et les répandiez dans votre jardin au printemps, emballer ces couches soi-disant biodégradables dans du plastique et les ajouter à vos déchets ne fera rien d’autre que contribuer au problème croissant. Alors ne vous trompez pas. Bien que le manque d’eau de Javel puisse être moins nocif pour nos systèmes d’eau, vous ne faites pas plus pour la planète quand vous choisissez ces couches. Quand elles sont utilisées, elles doivent toujours être jetées. Bonne réflexion!